L'Œil du Purgatoire

de Bernard ESCHASSERIAUX , Jacques SPITZ

L'Œil du Purgatoire

Prix éditeur : 13,20 €

Collection : L'ARBRE VENGEUR

Éditeur : L'ARBRE VENGEUR

EAN : 9782916141329

Parution : 16 octobre 2008

Pagination : 200 p.

Poids : 182 g.

Quatrième de couverture

Vous connaissez le passé, imaginez le futur, redoutez le présent : il vous reste à découvrir le présent vieilli, ce temps inédit inventé par Jacques Spitz dans un roman phénoménal considéré comme un des classiques du roman d'anticipation français. Son héros, un peintre raté résolu au suicide, va vivre une expérience hors du commun qui le conduira où nul n'est allé : inoculé par un savant fou, un bacille s'est attaqué à sa vue et lui permet de voir le monde et les êtres tels qu'ils seront dans un futur proche. Mais ce qui n'était qu'une étrange expérience devient une aventure effarante lorsqu'il réalise que le temps se dilate et qu'il voit de plus en plus en avant. Livre haletant sur le cauchemar d'un homme seul au milieu d'un univers en déréliction, L'œil du purgatoire est un roman unique qui réussit à pousser une logique jusqu'à son extrême limite avec une audace et une intelligence qui ont laissé pantois ses admirateurs. Il était impensable de ne pas le proposer de nouveau à ceux qui croient que la littérature, mieux que n'importe quel art, doit nous permettre d'explorer les confins et les mystères de notre imaginaire. Dix années d'écrits dans ce genre mal aimé et mal défini qu'est la science-fiction, dix ans d'une production toute d'ironie tragique et de finesse (Pierre Versins) pour ce dernier des romanciers dits scientifiques d'avant guerre, auront suffit à Jacques Spitz (1896-1963) pour se faire un nom au panthéon des auteurs français de fantastique. On lui doit L'Agonie du Globe (1935), La Guerre des Mouches (1938) réédité par Ombres, L'Homme élastique (1942) et Les Signaux du Soleil (1943).

« Spitz est avant tout un romancier. C'est aussi un logicien, un moraliste et un humoriste désabusé dont l'oeuvre jette un pont entre la pataphysique d'Alfred Jarry et le post-suréalisme de René Daumal, Philippe Curval, Daniel Drode, Serge Brussolo, Antoine Volodine ou Alain Damasio. Parallèlement aux esthétiques orthodoxes nées de Verne et Rosny, ce courant a toujours irrigué la science-fiction française, dont il est l'une des expressions les plus originales. En cela, Spitz est bien un de nos pères égarés. » Serge LEHMAN

Olivier Bramanti est né en 1971 à Marseille. De conserve avec son frère jumeau Jean-Philippe, il se destine très tôt à une carrière artistique qui le mènera des Arts appliqués aux Beaux Arts de Marseille, puis à ceux d'Angoulême, dont il sort en 1993 pour se consacrer essentiellement à la bande dessinée. Il a notamment signée Le Pont de l'Ange et Le Chemin des Merles aux éditions Amok, et plus récemment Jeanne aux éditions Carabas.

Sommaire

  • L'Univers fantastique de Jacques Spitz de Bernard ESCHASSERIAUX de Jacques SPITZ

Tous les exemplaires disponibles