Chansons de la Terre mourante — 2

Chansons de la Terre Mourante (2e volume)

de Neil GAIMAN, Lucius SHEPARD, Tanith LEE, John C. WRIGHT, Tad WILLIAMS, Matthew HUGHES, Elizabeth MOON, Paula VOLSKY

et Andrew BRASE (Illustrateur (couverture)), George R. R. MARTIN (Anthologiste), Gardner DOZOIS (Anthologiste), Emmanuel CHASTELLIÈRE (Traducteur), Pierre-Paul DURASTANTI (Traducteur), Célia CHAZEL (Traducteur), Éric HOLSTEIN (Traducteur), Florence DOLISI (Traducteur), Jean-Daniel BRÈQUE (Traducteur), Patrick DUSOULIER (Traducteur)

Chansons de la Terre Mourante (2e volume)

Collection : Perles d'Épice

Éditeur : ActuSF

EAN : 9782917689547

ISBN : 978-2-917689-54-7

Pagination : 432 p.

Poids : 520 g.



Livre neuf indisponible à la librairie.

Existe aussi chez Perles d'Épice.

Quatrième de couverture

La Terre se meurt. Dans un futur lointain, l’agonie du soleil hypothèque l’avenir des humains qui ont oublié la technologie au profit de la magie. Dans cette ambiance de fin de partie, les derniers héros de l’humanité s’appellent Cugel ou Rhialto, T’saïs ou Pandelume. Ils sont mages ou voleurs, bretteurs ou escrocs, flamboyants et désespérés, et ils revivent, 60 ans après leur naissance, sous la plume des plus grands noms de l’Imaginaire.
 
En commençant le cycle de La Terre Mourante au début des années 1950, Jack Vance ne se doutait sans doute pas que ce cycle de fantasy influencerait des générations d’écrivains. George R. R. Martin et Gardner Dozois ont réuni Neil Gaiman, Tanith Lee, Tad Williams ou bien encore Lucius Shepard pour lui rendre hommage le temps d’une nouvelle.

Sommaire

  • "Evillo l’ingénu" de Tanith Lee (tradutrice : Florence Dolisi)
  • "Les Traditions de Karzh" de Paula Volsky (traductrice : Célia Chazel)
  • "La Tragédie lamentablement comique (ou la comédie ridiculement tragique) de Lixal Laqavee" de Tad Williams (traducteur : Emmanuel Chastellière)
  • "La Proclamation de Sylgarmo" de Lucius Shepard (traducteur : Jean-Daniel Brèque)
  • "Gorlion d’Almérie" de Matthew Hughes (traducteur : Patrick Dusoulier)
  • "Incident à Uskvosk" de Elizabeth Moon (traducteur : Pierre-Paul Durastanti)
  • "Guyal le Conservateur" de John C. Wright (traducteur : Emmanuel Chastellière)
  • "Invocation de l’incuriosité" de Neil Gaiman (traducteur : Eric Holstein)