Slogans

de Antoine VOLODINE, Maria SOUDAÏEVA

et Antoine VOLODINE (Traducteur)

Slogans

Collection : L'OLIVIER

Éditeur : L'OLIVIER

EAN : 9782879294551

ISBN : 978-2-87929-455-1

Pagination : 112 p.

Poids : 133 g.



Livre neuf indisponible à la librairie.


Coup de coeur de Charybde 2

Plusieurs centaines de slogans de combat d'une guerre oubliée hurlés par une rare incarnation de Volodine.

Maria Soudaïeva est l'une des incarnations d'Antoine Volodine. Moins prolixe que Manuela Draeger, encore plus extrême dans son expression que Lutz Bassmann, elle est l'auteur d'un recueil unique, Slogans, assemblé et traduit par Volodine après son suicide à Vladivostok en 2003.

La poétesse russe fictive pousse dans ses derniers retranchements la rage des écrivains survivants, pourchassés, désespérés mais toujours combatifs, rage sombre au verbe urgent qui constitue sans doute l'une des grandes clés de l'univers post-exotique de celui qui débuta en 1985 avec la formidable Biographie comparée de Jorian Murgrave.

Dans une forme radicale (quelques centaines d'incantations et de slogans, politiques ou de combat, sans doute hurlés au cours de l'une de ces guerres perdues qui sont le lot des héros de Volodine, un univers se dessine pourtant, micro-touche après micro-touche, dans lequel la mort attendait, à l'issue, celles et ceux qui n'ont pourtant pas courbé l'échine...

19. OFFRE SOLENNELLE : CONTRE LA FIN DES SOUFFRANCES DE NATACHA AMAYOQ, RESTITUTION DES DOUZE MÉTROPOLES, RESTITUTION DES HUIT SANCTUAIRES IMMENSES, RESTITUTION DES TERRES PARFUMÉES ! (...)
23. DESTRUCTION IMMÉDIATE DES GIROUETTES BOSSUES ! (...)
169. SOLUTION NOIRE POUR LES VILLES DE LA CÔTE ! (...)
27. SI NULLE NE PRONONCE TON NOM APRÈS TA MORT, DÉGUISE-TOI EN ANONYME ! (...)
148. SI TU NE PEUX PLUS CHUCHOTER AVEC LES YEUX, HARANGUE AU TAMBOUR ! (...)
230. QUAND TU TE DÉSENFOUIS, POURSUIS TON RÊVE ENCORE CENT ANS !



Quatrième de couverture

Maria Soudaïeva décrit un monde soumis au chaos et à la plus extrême violence. D'où viennent les voix barbares dont elle reproduit prières, slogans, appels, exhortations ? Les enjeux et les objectifs indiqués ont peu à voir avec la culture humaine ; les conflits évoqués par les combattantes mettent en péril des civilisations inconnues ; les techniques de combat impliquent des adversaires à la morphologie monstrueuse... Une fois admise cette plongée dans l'indéfinissable, on est saisi par le caractère familier des sentiments et des gestes que le livre met en scène. Soudain plus rien n'est ni étrange ni étranger. Car c'est bien à nous que s'adressent ces murmures et ces cris qui parlent de peur et de solitude, de guerres et de souffrances insupportables, de mort, mais aussi de beauté et d'espoir, allant avec constance vers l'ultime slogan : « Les mauvais jours finiront ! » Maria Soudaïeva est née en 1954 à Vladivostok. Elle a vécu en Corée et en Chine, mais surtout au Vietnam. Elle a composé des poèmes et un roman, et, en compagnie de son frère Ivan Soudaïev, elle a fondé après la fin de l'URSS un éphémère groupe anarchiste. Elle s'est donné la mort en février 2003.

Sommaire

  • Maria Soudaïeva de Antoine VOLODINE de Maria SOUDAÏEVA