HTTP/1.0 200 OK Cache-Control: no-cache, private Date: Wed, 03 Jun 2020 19:23:46 GMT
<ul class="share-buttons"> <li><a class="facebook-share-button" href="https://www.facebook.com/sharer/sharer.php?u=http%3A%2F%2Fwww.charybde.fr%2Fblog%2Fglyphe" target="_blank" title="Partager sur Facebook"><i class="fa fa-facebook-square fa-2x"></i></a></li> <li><a class="twitter-share-button" href="https://twitter.com/intent/tweet?text=Glyphe+http%3A%2F%2Fwww.charybde.fr%2Fblog%2Fglyphe&related=biblys" target="_blank" title="Partager sur Twitter"><i class="fa fa-twitter-square fa-2x"></i></a></li> <li><a class="googleplus-share-button" href="https://plus.google.com/share?url=http%3A%2F%2Fwww.charybde.fr%2Fblog%2Fglyphe" target="_blank" title="Partager sur Google+"><i class="fa fa-google-plus-square fa-2x"></i></a></li> <li><a class="mail-share-button" href="mailto:?&subject=Glyphe&body=http%3A%2F%2Fwww.charybde.fr%2Fblog%2Fglyphe" title="Partager par courriel"><i class="fa fa-envelope fa-2x"></i></a></li> </ul>

Glyphe

Glyphe

Glyphe
de Percival EVERETT
ed. {"publisher_id":"1244","site_id":null,"publisher_name":"ACTES SUD","publisher_name_alphabetic":"ACTES SUD","publisher_url":"actes-sud","publisher_noosfere_id":"3506","publisher_representative":null,"publisher_address":null,"publisher_postal_code":null,"publisher_city":null,"publisher_country":null,"publisher_phone":null,"publisher_fax":null,"publisher_website":null,"publisher_buy_link":null,"publisher_email":null,"publisher_facebook":null,"publisher_twitter":null,"publisher_legal_form":null,"publisher_creation_year":null,"publisher_isbn":null,"publisher_volumes":null,"publisher_average_run":null,"publisher_specialities":null,"publisher_diffuseur":null,"publisher_distributeur":null,"publisher_vpc":"0","publisher_paypal":null,"publisher_shipping_mode":"offerts","publisher_shipping_fee":null,"publisher_gln":null,"publisher_desc":null,"publisher_desc_short":null,"publisher_order_by":"article_pubdate","publisher_insert":"2013-02-27 13:01:45","publisher_update":null,"publisher_created":null,"publisher_updated":"2019-03-07 17:35:31","publisher_deleted":null}

Farce énorme narrée par un bébé (très) surdoué, mix d'effets drôles et sérieux très réussi.

Publié en 1999 (en 2008 en français), le dixième roman de Percival Everett marquait un aboutissement provisoire, allant sensiblement plus loin que précédemment dans le mélange bakhtinien des tonalités, pour fournir au lecteur, sous le fil conducteur apparent d’une farce rocambolesque, l’un des plus fascinants pots-pourris narratifs et intellectuels que je connaisse.

Ralph, bébé de quelques mois, possède quelques particularités, dont un QI proche de 500, une capacité phénoménale de lecture et d’écriture, et un refus catégorique d’utiliser la parole… C’est lui qui nous raconte quelques mois de sa vie, entre sa mère artiste peintre peu convaincue, son père (que Ralph appelle « Le Bouffi »), professeur d’université, post-structuraliste, amer et ami de Roland Barthes (qui parcourt le récit sous les traits appuyés d’un satyre logorrhéique et incompréhensible), les psychologues psychopathes qui, confrontées au phénomène, et passées les phases d’incrédulité, sont prêtes au kidnapping, pour pouvoir tester à loisir – voire, in fine, disséquer – le bébé qui les fera entrer dans l’histoire des sciences, les militaires reconvertis dans les services ultra-secrets, qui voient rapidement dans le nourrisson l’arme ultime en matière d’espionnage scientifique et industriel, ou encore le couple de travailleurs mexicains en mal d’enfant à adopter, voire le prêtre réprimant à très grand peine sa pédophilie…

Ce fil relativement linéaire est fiévreusement entrecoupé de bribes d’ « autres choses » (selon un procédé qui sera encore développé dans Le supplice de l’eau, mais avec d’autres prémisses) qui vont, elles, demander un certain effort au lecteur (particulièrement français) pour parvenir à la jouissive fusion finale de ce redoutable cocktail : poèmes écrits par Ralph, dialogues imaginaires mais singulièrement drôles et pertinents entre philosophes, linguistes et écrivains (avec les difficultés que peuvent représenter, par exemple, les romanciers Ralph Ellison ou James Baldwin, a priori moins familiers au lecteur français qu’à un intellectuel afro-américain), constructions et schémas linguistiques tous droits échappés de manuels structuralistes et post-structuralistes…

Ne nous y trompons pas, en effet : si le récit follement débridé joue au faux thriller et à la vigoureuse parodie des travers universitaires, Ralph nous propose aussi, en constant filigrane, une robuste réflexion, imagée et dansante, sur le sens de la narration, la limite de la compréhension et de l’exégèse, et le pouvoir de la création linguistique…

Sans doute l’une des tentatives les plus réussies que je connaisse, donc, pour mêler de l’essai « sérieux » à une narration « déjantée », sans sacrifier les ressorts de l’un ou de l’autre, fût-ce au prix d’un charmant effort requis de la part du lecteur."L'ennui est l'ami du bébé. Si je gloussais chaque fois que le Bouffi se mettait à me faire sauter comme un sac de farine, c'était pour voir si je n'arriverais pas à déclencher quelque réaction révulsive qui me ferait lui cracher à la figure.

L'ennui ne rend pas aveugle, et n'entrave en rien l'étonnement. Certes, l'ennui n'a rien à voir avec l'étonnement, et loin de moi l'idée de suggérer que le sens de l'un bifurque pour revenir au plus proche du sens de l'autre, que l'on croyait contraire. L'ennui est une colline élevée, un nid de corbeau, un affût de chasse, d'où l'on voit tout (que soit écartée pour de bon l'idée d'aveuglement). Peut-on rêver meilleur endroit d'où s'observer soi-même, à l'abri des sensations comme des risques de confusion ? Taedet me ergo sum.