L'Education de Stony Mayhall

L'Éducation de Stony Mayhall

L'Éducation de Stony Mayhall
de Daryl GREGORY
ed. {"publisher_id":"1166","site_id":"2","publisher_name":"LE B\u00c9LIAL'","publisher_name_alphabetic":"B\u00c9LIAL', LE ","publisher_url":"le-belial","publisher_noosfere_id":"3733","publisher_representative":"Olivier GIRARD","publisher_address":"50 rue du Clos","publisher_postal_code":"77670","publisher_city":"Saint-Mamm\u00e8s","publisher_country":"France","publisher_phone":"+33 (0)1 64 69 5","publisher_fax":"+33 (0)1 64 69 5","publisher_website":"http:\/\/www.belial.fr\/","publisher_buy_link":null,"publisher_email":"contact@belial.fr","publisher_facebook":null,"publisher_twitter":null,"publisher_legal_form":"SARL","publisher_creation_year":"1996","publisher_isbn":null,"publisher_volumes":null,"publisher_average_run":null,"publisher_specialities":null,"publisher_diffuseur":"CDE1","publisher_distributeur":"SODIS","publisher_vpc":"0","publisher_paypal":null,"publisher_shipping_mode":"offerts","publisher_shipping_fee":null,"publisher_gln":"3052843440014","publisher_desc":"<p>\r\n\tMaison ind\u00e9pendante cr\u00e9\u00e9e en 1996,&nbsp;les \u00e9ditions du B\u00e9lial' consacrent leur catalogue aux litt\u00e9ratures de genre (le fantastique, la fantasy et la science-fiction, avec un int\u00e9r\u00eat tout particulier pour ce dernier domaine).<\/p>\r\n<p>\r\n\tEditeur de la revue trimestrielle&nbsp;Bifrost, le B\u00e9lial' publie une dizaine d'ouvrages chaque ann\u00e9e romans, recueils et anthologies qui pr\u00e9sentent un panorama exigeant des auteurs d'aujourd'hui et de demain, sans oublier les grands anciens, les pionniers, souvent propos\u00e9s dans de nouvelles traductions et \u00e9clair\u00e9s d'un appareil critique incontournable.<\/p>\r\n<p>\r\n\tLe B\u00e9lial', c'est le meilleur des litt\u00e9ratures de genre : de Greg Egan \u00e0 Lucius Shepard et Stephen Baxter, de Claude Ecken \u00e0 Thierry Di Rollo ou Catherine Dufour...<\/p>\r\n","publisher_desc_short":null,"publisher_order_by":"article_pubdate","publisher_insert":"2013-02-27 13:01:36","publisher_update":"2014-07-24 13:05:12","publisher_created":null,"publisher_updated":null,"publisher_deleted":null}

En 1968, quand sort La nuit des morts vivants de Romero, il s'agit d'un documentaire sur les premiers événements. La propagation d'une infection zombie a commencé, grosse secousse pour l'Amérique, mais l'Armée a tout brûlé et l'humanité se remet lentement. Les MV sont traqués et brûlés, les vivants qui les aident, souvent des proches, emprisonnés sans procès. Les campagnes médias se succèdent pour alimenter la parano et s'assurer que les gens se souviennent du choc.
 
1970, Iowa. Wanda Mayhall trouve une jeune morte au bord de la route, tenant un bébé dans ses bras, mort lui aussi. Mais le petit mort bouge. Wanda a beau savoir qu'elle ne peut pas le garder sans mettre en danger ses voisins, ses filles et elle, elle ne peut pas non plus l'abandonner ou le livrer aux "Fossoyeurs". C'est le début de l'histoire de Stony Mayhall, le bébé mort qui a su grandir.
 
Daryl Gregory ne perd pas de temps avec les clichés du genre : ils sont clairement présents mais hors champ. Connivence avec un lecteur qui les connait forcément par coeur : "Nous avons maté et kiffé  les mêmes toiles" semble nous dire l'auteur, "regardons plutôt ce qui n'y est pas".
En effet, loin des effets pyrotechniques, le roman évoque cette Amérique qu'on connait bien, entre parano et fascination. Celle du Chemin de fer clandestin, celle de Guantanamo et du Patriot Act. Celle qui sait si bien tracer une ligne entre les vrais citoyens et les autres. Car si tous les MV se définissent par rapport à la morsure, tous les vivants se définissent par rapport à la menace : curiosité insatiable, racisme ordinaire, soutien, terreur, violence...
 
Les morts vivants de Daryl Gregory sont impossibles : aucune radiation, aucune bactérie, aucun virus ne peux expliquer le phénomène. Et plus l'on cherche, plus on bute sur l'inexplicable. Stony s'acharne à repousser ses limites, pendant que la rumeur enfle chez les MV : il paraît que Stony est un miracle, il paraît qu'il a grandi, ce serait lui le messie que tous attendent. Nativité zombie pour Apocalypse en gestation. Et la résistance MV a beau être organisée, elle n'en est pas moins divisée : divergences d'objectifs, de moyens, de définition. Au sein des querelles politiques et religieuses, Stony représente un enjeu majeur.
 
L'éducation de Stony Mayhall passe de l'humour au désespoir, de l'amertume à la paix. Les personnages, fouillés et attachants, évoluent dans des situations complexes où la "bonne solution" n'existe pas. De la très belle littérature, intelligente et bouleversante.