Schasslamitt

Schasslamitt et autres contes palpitants

Schasslamitt et autres contes palpitants
de Bérengère COURNUT
ed. {"publisher_id":"1545","site_id":null,"publisher_name":"LE NOUVEL ATTILA","publisher_name_alphabetic":"NOUVEL ATTILA, LE ","publisher_url":"le-nouvel-attila","publisher_noosfere_id":null,"publisher_representative":"Beno\u00eet Virot","publisher_address":"127 avenue Parmentier","publisher_postal_code":"75011","publisher_city":"Paris","publisher_country":null,"publisher_phone":"01 43 49 25 09","publisher_fax":null,"publisher_website":"http:\/\/www.lenouvelattila.fr","publisher_buy_link":"http:\/\/www.lenouvelattila.fr\/debout-paye\/","publisher_email":"contact@lenouvelattila.fr","publisher_facebook":"https:\/\/www.facebook.com\/nouvelattila?ref=hl","publisher_twitter":null,"publisher_legal_form":"SAS","publisher_creation_year":"2014","publisher_isbn":"9782371000","publisher_volumes":"27","publisher_average_run":"2500","publisher_specialities":null,"publisher_diffuseur":"Interforum","publisher_distributeur":"Interforum","publisher_vpc":"0","publisher_paypal":null,"publisher_shipping_mode":"offerts","publisher_shipping_fee":null,"publisher_gln":null,"publisher_desc":"<p><strong>Le nouvel Attila<\/strong> cultive les genres inclassables et les mauvaises herbes litt\u00e9raires, en proposant traductions, r\u00e9\u00e9ditions de tr\u00e9sors oubli\u00e9s, et quelques auteurs fran\u00e7ais choisis dans sa collection \"Incipit\".<\/p>\r\n\r\n<p>A raison de 6 \u00e0 8 livres par an, fruits de la rencontre et du travail entre un auteur (ou son traducteur), un dessinateur et un graphiste, nous tentons de tisser des passerelles entre les textes, et de donner un sens au mot \u00ab&nbsp;catalogue&nbsp;\u00bb.<\/p>\r\n\r\n<p>Apr\u00e8s la red\u00e9couverte de Ludwig Hohl ou Edgar Hilsenrath dans le domaine allemand, Ramon Sender ou Jorge Baron Biza chez les Hispaniques, la Horde a aff\u00fbt\u00e9 ses armes et ses sondes en direction de jeunes auteurs fran\u00e7ais et am\u00e9ricains, tels Christopher Boucher, Joshua Cohen, J\u00e9r\u00f4me Baccelli ou Gauz, h\u00e9raut de cette rentr\u00e9e 2014.<\/p>\r\n","publisher_desc_short":"Le nouvel Attila cultive les genres inclassables et les mauvaises herbes litt\u00e9raires, en proposant traductions, r\u00e9\u00e9ditions de tr\u00e9sors oubli\u00e9s, et quelques auteurs fran\u00e7ais choisis dans sa collection \"Incipit\".\r\n\r\nA raison de 6 \u00e0 8 livres par an, fruits de la rencontre et du travail entre un auteur (ou son traducteur), un dessinateur et un graphiste, nous tentons de tisser des passerelles entre les textes, et de donner un sens au mot \u00ab\u00a0catalogue\u00a0\u00bb.\r\n\r\nApr\u00e8s la red\u00e9couverte de Ludwg...","publisher_order_by":"article_title_alphabetic","publisher_insert":"2014-03-06 13:20:46","publisher_update":"2014-11-03 11:36:34","publisher_created":null,"publisher_updated":null,"publisher_deleted":null}

"Sergent-chef ?

- Oui Sergent-major ?

- C'est vous les traits au-dessus de la bouche ?

- Affirmatif.

- Qu'est-ce qui vous a pris ?

- C'est une vieille dame, sergent-major.

- Et alors ?

- Ben je me suis dit... elle a des rides, quoi, sergent-major." (Plume-toi d'là)

Une très belle petite chose, que ce Schasslamitt. Un recueil de textes très courts, entre la nouvelle et le conte, qui rappellent l'heure de l'histoire, le soir avant de s'endormir. Mais en grand. En adulte. De sorte qu'on voudrait les lire à voix haute, pour un amant, une amie, un cercle de proches, ou à voix basse, juste pour soi-même.

Bérengère Cournut nous livre dix-sept pépites sur une superbe palette de nuances, qui vont du tendre au tragique, de l'humour à l'émotion. Et une poésie permanente, qui bouscule toute logique pour le plaisir des images et de la surprise.

"Poussée d'un temps qu'on ne s'explique plus, l'assaut du général russe sur la belle-sœur du duc, joues embroussaillées, souffle rauque et haletant, a semé la surprise et la joie au dîner du 7 novembre dernier." (La chute de Nadine)

Albertine subit donc une gestation-cocon, Gaston le hanneton se souvient de ses anciennes incarnations, Léocadie court à travers le monde, Elizabeth se change en oiseau... Et ça bricole des doigts frais, et ça pleure à la mort de Tchékov, et ça égorge le chien sur la table du dîner...

Absurdes ou poétiques, drôles ou cruelles, les histoires sont de celles qui font se tortiller le lecteur au fond d'un fauteuil.

"Antoine se souvient alors qu'il n'a qu'une seule femme, qui est loin, qui est vieille - comme lui - et qui l'appelle. Sa femme qui, sur son île d'Encantadas, est une masse antique et colossale, un monument de pierre qui se tient à genoux, le cœur ouvert sur la mer." (Antoine)

Illustré par Donatien Mary, le livre est en sus un très chouette objet, où les ambiances résonnent en noir et mauve.

Un recueil adorable et bizarre, donc. Ou bizarre et adorable.