Bientôt chez Charybde

Rencontre avec Marianne Rubinstein : "Detroit, dit-elle"

Rendez-vous le 06/12/2016 à 19:30

«Parce que le monde me semblait de plus en plus incompréhensible, j’ai décidé de partir pour Detroit (Michigan), symbole de l’ancien capitalisme industriel, mais aussi du nouveau dans ses folies et ses dérèglements (crise des subprimes, désertification urbaine, problèmes écologiques, discriminations, ultra-violence, etc.). Là-bas, j’ai vu les maisons éventrées, les usines et les écoles murées, j’ai écouté des récits de vie, noué des amitiés profondes. C’était aussi pour moi une façon de clore une période de deux ans et demi d’intimité avec le cancer, les opérations, la chimiothérapie. 
De fait, au fur et à mesure que l’écriture avançait, tout s’est mis à faire écho : mon corps, la ville, le monde. Nous nous trouvions dans un passage étroit et périlleux, un détroit en somme. Nous étions dans une économie de la survie.» 
Marianne Rubinstein.

Tout le monde n'a pas la chance d'être orphelin

C'est maintenant du passé

Detroit, dit-elle: Économies de la survie

Rencontre avec Kaouther Adimi : "Des pierres dans ma poche"

Rendez-vous le 08/12/2016 à 19:30

Si je réécrivais un peu l’histoire, je tairais les policiers devenus des vautours, la jeunesse égarée, le gouvernement appelant les terroristes au cessez-le-feu, les enfants qui ne jouent plus parce que les rêves les ont quittés trop vite.

Je passerais sous silence mon grand-père à la tête vide, l’herbe desséchée par le soleil, les fourmis rouges dévoreuses de peau, les douches prises à minuit lorsqu’un peu d’eau coulait enfin du robinet.

Je feindrais le bonheur de vivre désormais dans une ville étrangère, loin des amis d’enfance et de la lumière enveloppante d’Alger. J’oublierais les coups de fil incessants de ma mère qui se désespère de me savoir célibataire à trente ans.

Resterait la perspective de revenir en Algérie avec l’image détestable des gens qui quittent leur pays sans remords pour vivre là-bas.

 

Née en 1986 à Alger, Kaouther Adimi vit et travaille à Paris. Son premier roman, L’Envers des autres (Actes Sud, 2011) est d'abord paru en Algérie aux éditions Barzakh et a obtenu le prix de la Vocation.

Des pierres dans ma poche

L'Envers des autres

Jeu de rôle, Littérature et Années de plomb

Rendez-vous le 09/12/2016 à 19:30

Un nouvel enregistrement live du podcast Les Voix d'Altaride en Charybde !

En compagnie de Benjamin "Macbesse" Kouppi, l'auteur du jeu Lady Rossa (Di6dent), qui propose d'incarner des membres d'une colonne des Brigades rouges, et de Julien Pouard des Voix d'Altaride, nous traverserons les passerelles entre jeu de rôle, littérature et politique, sous le motif de l'engagement radical et des Années de Plomb en Italie.

Années de rêves et de plomb : Des grèves à la lutte armée en Italie (1968-1980)

L'actu de la librairie

Nos derniers
coups de coeur

Le Bal des Ardents

Carnaval et révolution, jours des fous et des disparus. Beauté du boomerang. x Un lanceur de boomerang et son chien, un ancien soudeur sous-marin devenu plongeur-démineur, un plaisancier et son fils, deux pêcheurs sans doute un peu contrebandiers sur les bords, l’équipage...
Lire la suite

La cage Le Navire de bois Et que celui qui a soif, vienne : Un roman de pirates

Parutions récentes